Entre-les-pages

http://entre-les-pages.cowblog.fr/images/Couvertures1/doctormoreau-copie-1.jpg


Auteur
 Herbert George WELLS


Chez Everyman :
Nombre de pages 137
Prix 4,99£  3,95US$ ou 9,95CAN$
ISBN 0-460-87258-3
       

Première édition 1993 pour cette édition, 1896 pour la première




Résumé
Seul survivant d'un naufrage, Edward Prendick est recueilli sur une île des mers du Sud par un personnage des plus singuliers : le docteur Moreau.
Il découvre avec terreur que l'île est peuplée de créatures monstrueuses, mi-hommes mi-bêtes, vivant sous la domination du docteur Moreau et de son assistant, l'inquiétant Montgomery.
Des créatures que de sombres événements vont pousser à la révolte...

Mon avis
Je continue dans la voie de la VO avec ce petit livre publié pour la première fois à une époque où le débat sur l'abolition de la vivisection faisait rage.

L'édition
Encore une fois, le hasard m'a conduit à ce livre. Je peux dire que je suis plutôt très satisfait de cette édition assez complète, car en plus du récit original, on trouve  des notes introductives, des chronologies (de l'auteur et de son époque mises en parallèle) et à la fin quelques critiques (genre manchettes de journaux) et un résumé chapitre par chapitre du livre.
C'est d'ailleurs une habitude chez cet éditeur, si j'ai bien tout compris.

Le récit
J'ai bien aimé ce petit livre. Certains passages sont un peu plus ardus à lire, car descriptifs, et il m'a fallu avoir recours au dico pour enrichir mon petit vocabulaire, mais rien de bien compliqué. Le passage le plus lourd se situe pour moi quand Moreau explique ses motivations qui plombe un peu le milieu du récit.
On y retrouve certains éléments assez classiques, WELLS pose les bases de ce qu'on appelera plus tard le techno-thriller, même si là les manipulations sont plus extravangantes que pûrement scinetifiques, on retrouve un petit goût de Jurassic Park à cette île du docteur Moreau.
Il y a aussi un côté "survival" pas déplaisant.
Ce qui est intéressant, c'est qu'on retrouve ces ingrédients classiques de la SF, mais pas forcément dans l'ordre attendu, cet ordre plus ou moins imposé par les standards des films américains (à savoir : découverte, accident, survie), WELLS allant même les mélanger, ce qui est assez rafraîchissant (dire que ce récit a plus d'un siècle ! il y a des leçons à en tirer !)

WELLS a aussi la bonne idée d'aménager son suspense, de ne pas avoir un personnage principal acteur-témoin (il est tout à la fois héros et anti-héros, selon ce qu'il a à affronter) tout du long, et de laisser des évènements se dérouler en arrière-plan. C'est bien fait, fluide et pas frustrant pour autant.

A l'époque où le livre est sorti, l'Angleterre subissait un débat assez houleux quant à l'expérimentation et la vivisection. Les visions assez horribles d'êtres mi-humains mi-bêtes ont dû faire forte impression (certains critiques se disant scandalisés par tant d'atrocités) et bien sûr WELLS répond à sa façon sur les dérives de l'acharnement scientifique à vouloir parfois défier la nature et à trouver des réponses avec des méthodes qui en disent plus sur le comportement de l'homme que sur le fonctionnement animal. 
Le début, très travaillé, évoque la part de bestialité (et forcément l'échec annoncé des expériences de Moreau) sujet qui est développé dans tout le livre.

Il y a aussi ce rapport au "père", à l'autorité avec cette Loi qui revient sans cesse... de nombreux axes de réflexions (que je ne développerai pas ici, car ce n'est pas le sujet) peuvent partir de cette simple Loi qui est à la fois pleine de bon sens (pour permettre le "vivre avec") et à la fois totalement contre-nature et incompréhensible par les animaux.

Mais ce qui est particulièrement intéressant, je trouve, c'est la façon dont il aborde notre rapport à l'autre, l'évolution de notre jugement et de notre rapport face à ce qui nous parait de prime abord étrange, voire repoussant. Ainsi la fin, particulièrement aboutie pour un récit aussi court, exprime clairement le trouble dans lequel se trouve le héros, et pour autant qu'elle soit dérangeante, elle interroge sur la possibilité et sur la difficulté à accepter l'"autre" et à trouver sa place dans une société qu'on a réévaluée.

Pour aller plus loin
Des adaptations de l'île du docteur Moreau, je n'ai vu que la dernière, avec Brando et Kilmer. Le résultat est assez décevant. La mise en scène est hasardeuse, le scénario sonne comme un produit de commande à haute teneur commerciale.
C'est bizarre comme un livre qui, en plus d'offrir une vraie réflexion, impacte fortement le lecteur grâce à des éléments très cinématographiques (j'allais écrire cynégétiques XD ce qui n'est pas faux non plus, la scène de la traque en témoigne !) totalement écartés de cette production de série, au profit d'effets bling-bling. La traque de Prendick par Moreau à travers l'île, la scène du tribunal, la saoulerie nocturne de Montgomery et tout ce qui en découle, la rencontre avec le diseur de la Loi, tout cela aurait fait de superbes scènes de cinéma... Je n'ai pas l'impression qu'il faille tant adapter ce récit. Il est suffisamment moderne, malgré son âge, pour ne pas avoir à subire trop de changements.

Si je vois les deux précédents films, ce qui est fort probable, je viendrai ajouter un petit edit sur cet article.

Pour ce que j'en sais, une prochaine version pourrait voir le jour, avec un projet plus "écolo" (aïe, ça fait peur) chapeauté par Di Caprio...

Mercredi 28 mai 2014 à 19:22

Les Blablas

Pose ton Blabla

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Pose ton Blabla









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://entre-les-pages.cowblog.fr/trackback/3265877

 

<< Les Nouveautés | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Les vieilleries >>

Créer un podcast